En savoir plus sur le métier de détective privé

La profession de détective privé nous est surtout familière à travers les séries américaines.

Pourtant, même s’il n’existait pas de diplôme quelques années en arrière, il s’agit d’une profession réglementée, qui requiert des qualités bien définies.

Pour l’exercer, il vous faudra accomplir une formation qualifiante et recevoir l’agrément prévu par la réglementation des activités de sécurité intérieure. On ne s’improvise pas Philip Marlowe ou Mike Hammer. Examinons à la loupe cette profession si particulière.
Detective with the smoking pipe

L’activité de détective privé

Le détective privé est celui qui est chargé d’enquêter pour trouver des renseignements pour un tiers sans dévoiler son identité, sa mission ou sa profession. Il exerce une activité identique à celle des policiers, mais il procède, à l’inverse, sans montrer sa carte.

Il est charge d’affaires très diverses, de l’adultère à l’espionnage industriel en passant par les escroqueries, fraudes ou abus de confiance de toute sorte. Mandaté par un particulier ou une entreprise, une banque ou une agence de recouvrement, il peut aussi être amené à collaborer avec la Justice.

Ses comptes rendus sont en effet recevables comme pièces de dossier ou preuves dans des affaires judiciaires. Souvent indépendant, il peut aussi être salarié au sein d’une agence.

Les qualités recherchées d’un bon détective privé

La disponibilité semble être l’une des premières qualités nécessaires pour exercer ce métier. Lorsqu’il a une mission, le détective privé ne connaît pas de weekend ou de jour férié et doit enquêter de jour comme de nuit.

La patience doit aussi être son point fort : les planques et les filatures peuvent durer de longues heures sans qu’aucune action ne vienne les interrompre.

Le détective doit également démontrer une discrétion à toute épreuve, gage de la confiance qu’il inspire à ses commanditaires.

En définitive, il n’est pas impossible qu’on attende de lui qu’il soit un peu manipulateur, pour extorquer des renseignements qu’il n’aurait pas obtenus de façon plus directe.

Comment devient-on détective privé ?

L’exercice de ce métier nécessite d’obtenir un agrément auprès de la commission régionale d’agrément et de contrôle.

Pour obtenir cet agrément, il faut d’abord satisfaire aux obligations de formation professionnelle. La formation doit être inscrite au répertoire national de la qualification professionnelle pour ouvrir droit à l’agrément. Outre l’Institut de formation des agents de recherches situés à Montpellier, il existe une formation universitaire qui permet d’obtenir le titre de détective – agent de recherches (niveau III – code NSF 344t).

Il faut aussi respecter un certain nombre de conditions, notamment ne pas avoir de casier judiciaire, ne pas avoir eu un comportement contraire aux bonnes mœurs ou pouvant nuire à la sécurité.

L’exercice de certaines professions est également incompatible avec le métier de détective privé : surveillance, gardiennage, transport de fonds, etc. Les policiers et sous-officier ou officiers de gendarmerie ayant quitté leur activité depuis moins de 5 ans ne pourront pas, non plus, exercer le métier.

La persévérance et la discrétion, si elles sont des qualités indispensables à l’exercice du métier de détective privé, sont cependant insuffisantes. L’agrément qui devra être préalablement obtenu est une approbation de l’administration qui valide la probité et la déontologie de l’enquêteur privé.

N’hésitez pas à vous rendre sur le site dédié à ce métier : http://www.détective-prive.fr

Page consultée 350 fois